publicité

Le maire d'Oradour-sur-Glane confirme qu'il interpelle l'Etat sur la conservation des secteurs symboliques du village martyr

Raymond Frugier propose de déterminer un périmètre d'entretien bien clair autour de la rue principale, de la grange et de l'église où ont péri la majorité des 642 victimes

  • Par Christian Bélingard
  • Publié le 25/04/2013 | 11:25, mis à jour le 25/04/2013 | 12:00
Raymond Frugier, maire d'Oradour-sur-Glane visite les ruines du village martyr avec l'architecte des Bâtiments de France (Anne Mangin Payen) © D.R.
© D.R. Raymond Frugier, maire d'Oradour-sur-Glane visite les ruines du village martyr avec l'architecte des Bâtiments de France (Anne Mangin Payen)
Le maire d'Oradour-sur-Glane demande à ce que soit restreint le périmètre accessible, car certaines ruines s'avèrent dangereuses et menacent à terme d'éboulement. Raymond Frugier a de nouveau fait part de ses souhaits hier à l'AFP, un point de vue déjà exposé  sur notre site dés le 15 avril dernier, avec le reportage de Franck Petit et Frédérique Bordes diffusé également sur France 3 Limousin.

Si le maire ne veut absolument pas que soient "démolies" les ruines comme l'affirmait cette semaine un article du Parisien pour lequel Raymond Frugier a demandé à exercer son droit de réponse, il souhaite bien en revanche ouvrir une discussion avec l'Etat. Une rencontre avec le nouveau préfet de la Haute-Vienne est fixée, selon nos informations, à ce lundi 29 avril.

Ce matin, le maire d'Oradour nous a précisé une nouvelle fois son point de vue, pour mettre un terme à toute polémique:




les + lus

les + partagés