publicité

Oradour : les Présidents français et allemand main dans la main avec le survivant du massacre Robert Hébras

Ce sera l'image forte de cette première visite historique d'un président allemand à Oradour-sur-Glane: Joachim Gauck et François Hollande se tenant la main dans l'église du village-martyr avant d'enlacer Robert Hébras, survivant du massacre

  • Par Annaick Demars
  • Publié le 04/09/2013 | 16:54, mis à jour le 09/09/2013 | 15:27
François Hollande, Robert Hébras et Joachim Gauck (Président allemand) main dans la main lors de la cérémonie historique du 4 septembre 2013 à Oradour-sur-Glane village martyr de la seconde guerre mondiale. © JEAN-PIERRE MULLER / POOL / AFP
© JEAN-PIERRE MULLER / POOL / AFP François Hollande, Robert Hébras et Joachim Gauck (Président allemand) main dans la main lors de la cérémonie historique du 4 septembre 2013 à Oradour-sur-Glane village martyr de la seconde guerre mondiale.
Les présidents François Hollande et Joachim Gauck ont fait une longue visite des ruines du village-martyr en compagnie du survivant du massacre Robert Hébras. Visite marquée par un instant d'émotion dans l'enceinte de l'église où périrent femmes et enfants: les trois hommes se sont longuement étreints et tenus par la main. 

Les chefs d'Etat se sont ensuite dirigés vers l'esplanade située devant le cimetière afin de prononcer leurs discours. 
Difficile de ne pas voir dans le discours de François Hollande une allusion à la situation en Syrie, dans l'extrait suivant:

Notre présence (...) est l'affirmation d'une promesse. Promesse d'honorer partout et toujours les principes qui sont bafoués par les bourreaux d'hier mais aussi d'aujourd'hui. Promesse de défendre les droits de l'Homme chaque fois qu'ils sont violés, près de chez nous ou loin d'ici. Promesse de refuser l'inacceptable partout où il se produit"


Le Président Gauck quant à lui a estimé que l'invitation de François Hollande est "un geste d'accueil, de bonne volonté, un geste de réconciliation". Il a d'ailleurs remercié son homologue ainsi que les survivants du massacre et les familles de victimes "au nom de tous les Allemands".
"Cela n'enlève rien à l'effroi, à l'horreur que je ressens face à ce qu'a fait l'Allemagne", a-t-il ajouté. Il n'a pas été question de pardon mais le Président allemand a évoqué la question de "la responsabilité et de la culpabilité", une culpabilité qui a été refoulée, a-t-il expliqué. S'appuyant sur sa propre expérience, il a ajouté: 

Moi-même j’ai posé la question à mes parents, de savoir ce qu’ils avaient fait à l’époque (...) Ces crimes, ces meurtres, la guerre, nous voulons éviter que cela se reproduise. Nous n’avons pas oublié cela lorsque nous avons construit l’Europe: c'est pourquoi nous voulons la renforcer, sur les bases de la liberté, de la dignité, du droit et de la solidarité", a conclu Joachim Gauck

 

Les images fortes de cette visite

Oradour les images fortes

 

Les reportages sur le déroulement de la cérémonie et comment les familles de victimes ont vécu ce moment


Oradour déroulé de la journée

 

Oradour avec les familles de victimes

 

L'interview exclusive du président Allemand Joachim Gauck la veille de sa visite à Oradour

interview de Joachim Gauck
Interview Pascal Coussy, Samuel Chassaigne, Rodolphe Augier, Aurélien Lazeiras

L'émission en intégralité
 

Emission spéciale "Oradour" 4 septembre 2013

les + lus

les + partagés